• Du mardi 13 au dimanche 25 janvier 2015
  • cervanteswaawfiche.jpg
  • prisonpossessionwaawfiche.jpg

PRISON POSSESSION

De et par François Cervantes

L'Entreprise - Cie François Cervantes

 

« Janvier 2012 : je visite la prison du Pontet. Le bibliothécaire me dit que les détenus veulent de la poésie ou des autobiographies, pas de roman.

Je commence une correspondance avec quelques détenus. Cette privation de liberté, elle ne se partage pas, elle est indescriptible. La prison coupe les liens qui reliaient un individu aux autres et au monde. Un homme est amputé du monde et le monde est amputé d'un homme.

Je retrouve le rythme oublié du courrier, la circulation des enveloppes, les timbres, des écritures tracées à la main. Cet espace entre deux personnes, immobiles, une lettre à la main, devient vibrant. Notre relation ne ressemble à rien d'autre : ce n'est pas une amitié, ni une fraternité, rien... C'est une relation magique, je m'en rends compte peu à peu. Je retrouve mes premiers moments d'écriture, ceux de l'enfance : j'apprenais à écrire pour apprendre à parler.

Le texte qui naît de cette correspondance raconte de façon transparente la relation entre un auteur et un détenu. »

François Cervantes

 

 

Ecouter l'interview de François Cervantes par Michel Flandrin à l'occasion de la création de Prison Possession en avril 2014

 

 

Crédits photos : Melania Avanzato

PRISON POSSESSION

De et par François Cervantes

L'Entreprise - Cie François Cervantes

 

Représentations à la Friche Belle de Mai

Salle Petit Plateau

du 13 au 25 janvier 2015

 

Du mardi au samedi à 20h

Dimanche à 16h

Relache le lundi

 

Tarifs de 6€ à 10€

Réservations au 04 95 04 95 95

ou en ligne

 

Il y a deux ans, je rencontre Erik

On m'a donné une carte blanche pour travailler avec des détenus d'une prison, et je ne sais pas pourquoi on a pensé à moi...

Alors je vais visiter la prison

Dès l'entrée, je me sens pris par quelque chose de difficile à décrire

Mon imagination s'arrête, paralysée

Je continue la visite, en essayant de comprendre ce qui m'arrive

On entre dans la bibliothèque, je fais le tour dans les allées, je regarde les llvres, et je rencontre Damas, qui a la charge de la distribution des livres

Je lui demande ce que lisent les détenus:

Ils empruntent des recueils de poésie et des biographies, mais pas de fiction...

Je pense à ça pendant tout le reste de la visite

Quand je croise un homme, je le regarde, mais je n'arrive pas à imaginer quelque chose

Quand des hommes se parlent, je ne sens aucun lien entre eux: ils ont l'air seuls, amputés de leurs liens avec le monde, de ce qui fait l'humanité

C'est suffocant

L'ensemble de la prison, la raison d'être de ces édifices, s'en prend à l'âme de ces hommes, sans que ça se voie

 

Je sors de ce bâtiment, vidé

Quelques semaines plus tard, je propose de correspondre avec des détenus, et je commence à recevoir des enveloppes timbrées, des lettres, auxquelles je réponds, sans savoir à qui j'écris

Des lettres, des mots échangés, pas de voix, pas de corps, presque rien...

Je me dis que je vais écrire une fiction à partir de toutes ces lettres, que petit à petit un univers prendra forme

Mais les mois passent et tout reste en poussière, éparpillé

Je pense de plus en plus souvent aux hommes qui m'écrivent, et surtout, à la prison: je suis obsédé par ce lieu qui paralyse mon imagination

 

Une voix se détache de toutes ces lettres, celle d'Erik

Erik, c'est un oiseau qui veut prendre l'avion au lieu de voler, un animal égaré au milieu des hommes."

 

François Cervantes, Prison Possession

Tentez de gagner des places en jouant avec WAAW !!!

 

JOUEZ